La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

A. Vision externe

Avoir une société où les droits économiques et financiers de la femme sont respectés. La femme a accès aux services sociaux de base et participe à la gestion de la chose publique.

B. Vision interne

La minorité des femmes en République Démocratique du Congo vit dans le confort  matériel et dans une relative sécurité financière. Leurs besoins fondamentaux étant couvert … alors que les conditions dans lesquelles vivent le 2/3 des femmes portent gravement  atteintes à leurs dignités et à leurs droits. Les femmes sont victimes d’une pauvreté chronique. Elles sont limitées en permanence à des violences de tout  genre à cause de la pauvreté, elles sont discriminées à cause de la pauvreté. Exclues, elles ne peuvent ni apporter leurs contributions à la vie sociale, politique, économique et financière ni en bénéficier. Ainsi, la L.S.C rêve un monde dans lequel toutes les femmes vivent dans les conditions matérielles descentes et compte sur des ressources financières suffisantes pour leur développement.

 

La Ligue pour la Solidarité Congolaise « LSC »accompagne les femmes à satisfaire  leurs droits économiques.

En République Démocratique du Congo  les problèmes socio-économiques vécus n’affectent  pas les hommes et les femmes de la même manière.

Ainsi, chez les femmes, les efforts de la lutte contre pauvreté et l’injustice sociale sont accentués par l’infériorité de leur statut à tous les niveaux. Les rôles assignés culturellement aux hommes et aux femmes conduisent à un partage déséquilibré  du pouvoir  au sein de la société et empêchent les femmes de faire partie du développement et d’en  bénéficier de façon équitable.

Au Nord-Kivu, les femmes disposent  de peu de moyens financiers et de revenus stables pour se prendre en charge  et soutenir leurs familles.

Elles ont un accès très limité à l’éducation, au crédit et à l’information. Dans certains coins de la province du Nord-Kivu et du pays, la culture traditionnelle veut que les femmes soient inaptes à gérer de l’argent.

Avoir accès au crédit signifie « avoir accès au pouvoir » et ce pouvoir ne partage souvent  qu’entre hommes.

Ces préjugés sur les capacités des femmes à gérer  des fonds et entreprises  minent toujours leur confiance   et leur capacité à se prendre en charge.

Les champs signalés d'un * sont obligatoires.